Dialogue (1)

Publié le par Bénédicte Favron

Dialogue (1)
[Le contexte d'abord : avant dernière séance de TPE, le CDI est surchauffé (par les cerveaux bouillonnants ou les ordinateurs? mystère!)]
-"Bénédicte, vous pouvez venir voir?"
 
-"oui, j'arrive" (Quoi, une élève m'appelle par mon prénom, qu'est-ce à dire???)
-"tu sais que tu viens de m'appeler par mon prénom, et que je suis quand même ta prof?"
-"heu  oui, mais c'est comme ça qu'on vous appelle entre nous!" ( réaction instinctive et très humaine : ouf, les élèves ne m'ont pas collé un sobriquet difficile à porter !)
-« Bien, j’arrive tout de suite !»  Que dire d'autre? Est-ce grave?
Pourquoi j’y pense aujourd’hui ? parce qu’une autre élève, pas plus tard qu’hier, dans un autre contexte m’a également dit : « Bénédicte, je peux vous posez une question ? »
Dans les deux cas, il y avait bien plus de respect, de naïveté, de déférence, avec une étincelle de pertinence dans le regard, que dans certaines arrivées bruyantes,  « Bonjour Madaaaaaame » le tout dit avec un ton à la limite de l’insolence, avec en prime un regard frisant le  mépris !
 
Donc, cela n’est pas grave  si votre langue ripe,  mais il ne faut pas abuser non plus !
En tous cas, cela en dit long sur l'image de notre fonction, de notre métier (les mêmes élèves se seraient-elles autorisées la même chose avec leurs enseignants matières, oui celui qui donne des notes) et notre statut ainsi que les représentations mentales des élèves.
 Bénédicte Favron

Publié dans actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article